mardi 23 août 2016

INSAISISSABLES 2


Thriller/Action/Comédie/Pas sans défauts mais divertissant

Réalisé par Jon M. Chu
Avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson, Dave Franco, Daniel Radcliffe, Lizzy Caplan, Jay Chou, Sanaa Lathan, Michael Caine, Morgan Freeman...

Long-métrage Américain
Titre original : Now You See Me 2 
Durée: 02h05mn
Année de production: 2016
Distributeur: SND 

Date de sortie sur les écrans américains : 10 juillet 2016
Date de sortie sur nos écrans : 27 juillet 2016


Résumé : Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ! 
Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle.
Ils ignorent que cet homme d’affaires, Walter Marbry, a une longueur d’avance sur eux, et les conduit dans un piège : il veut que les magiciens braquent l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Pour sortir de ce chantage et déjouer les plans de ce syndicat du crime, ils vont devoir élaborer le braquage le plus spectaculaire jamais conçu.

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai penséINSAISISSABLES 2 est un divertissement sympathique. J'ai beaucoup aimé retrouver les personnages qui m'avaient tant plu dans le premier opus. La dynamique de l'équipe, qui est sans arrêt entrain de s'envoyer des piques (sans les as) mais qui est super pour mettre en avant les qualités de chacun et faire un excellent boulot d'équipe, m'enthousiasme toujours autant. J'aime l'esprit 'Robin des bois', dénonciation des crimes en col blanc et défense de l'opprimé qui se dégage de l'histoire. Le scénario nous propose de nouveau une intrigue à tiroirs et même si l'on voit bien venir quelques éléments avant qu'ils ne se produisent et que certaines scènes ne sont pas crédibles, dans l'ensemble il réserve quelques surprises. Attention cependant, il faut impérativement avoir vu INSAISISSABLES pour comprendre les ramifications de l'histoire et bien profiter de cette suite.

Par contre, j'ai trouvé la réalisation de Jon M. Chu irrégulière. Parfois, il nous offre des scènes complexes filmées de façon claire et parfois, notamment lors des bagarres, le rendu est très brouillon. Du coup, il y a un peu de longueurs. Plutôt que de la castagne, j'aurais préféré de la magie.

Les rôles sont bien équilibrés, mieux que dans le premier. Chaque acteur bénéficie de plusieurs 'moments' et c'est assez cool.
Jesse Eisenberg, qui interprète J. Daniel Atlas, est toujours aussi bon en intello qui remet tout en question et préfère éviter d'aller au contact.
Woody Harrelson s'éclate dans son double rôle des frères Merritt et Chase McKinney.
Dave Franco joue de son charme et de son habileté dans le rôle de Jack Wilder.
Lizzy Caplan, qui interprète Lula, apporte une touche féminine rigolote.


Mark Ruffalo est à l'aise dans le rôle du leader Dylan Rhodes.


Daniel Radcliffe sait bien faire la tête à claque dans le rôle de Walter Mabry.


Quand à Michael Caine qui interprète Arthur Tressler et Morgan Freeman qui interprète Thaddeus Bradley, c'est toujours un plaisir de les retrouver à l'écran.



Cet INSAISISSABLES 2 n'est pas sans défauts et il souffre du fait qu'il n'y a plus l'effet de surprise sur la découverte de l'univers des magiciens et de l'équipe comme dans INSAISISSABLES. Cependant, les protagonistes restent hyper attachants, les tours sont toujours spectaculaires, le bon esprit encore présent et l'humour, les changements de décor ainsi que le rythme soutenu en font un divertissement agréable qui permet de passer un bon moment. J'aurais plaisir à retrouver les 4 cavaliers pour un nouvel envoûtement à condition que la réalisation soit plus directe et plus soignée sur l'ensemble de la durée du film.


NOTES DE PRODUCTION 
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

En 2013, INSAISISSABLES avait fasciné les spectateurs du monde entier grâce aux aventures, dignes de David et Goliath, des Quatre Cavaliers : ce petit groupe de prestidigitateurs aux dons quasi surnaturels réussissait à organiser des braquages d'une extraordinaire audace aux dépens d'un milliardaire corrompu. Dans ce deuxième épisode au rythme trépidant, où héros et salauds ne sont pas toujours ceux qu'on croit, nos quatre héros parcourent le monde et poursuivent leur mission, armés de leur imagination, de leur agilité et de leur complicité. 

Grâce au succès du premier volet, qui a dépassé les 300 millions de dollars de recettes mondiales et remporté le People's Choice Award du meilleur thriller, le retour des Quatre Cavaliers était inévitable. Cette fois, c'est le réalisateur Jon M. Chu, à qui on doit deux épisodes de SEXY DANCE et le film de concert JUSTIN BIEBER'S BELIEVE, qui est aux commandes. Maîtrisant parfaitement la chorégraphie, la technologie et les univers ultramodernes, Chu réunissait les compétences recherchées par les producteurs. Grand admirateur d'INSAISISSABLES, Chu n'a pas hésité une seconde à diriger un ensemble d'acteurs de stature internationale – dont cinq ayant décroché l'Oscar ou une nomination à ce prix prestigieux – pour réaliser un film mêlant magie, dramaturgie et mystère. "C'était un vrai plaisir de travailler sur ce scénario", indique-t-il. 

"Ceci dit, les Cavaliers se retrouvent cette fois eux-mêmes piégés par un tour de magie et doivent faire appel à leurs talents de prestidigitateurs pour s'en sortir. Ed Solomon est un brillant scénariste qui sait réunir une structure dramaturgique complexe, un rythme haletant et un humour irrésistible, si bien que le film est un vrai divertissement pour toute la famille". Si réaliser la suite d'un film ayant triomphé dans le monde entier était un véritable défi, Chu avait hâte de le relever. "J'ai beaucoup d'admiration pour tous ceux qui ont participé à ce film", dit-il. "Quand on s'est retrouvés tous ensemble, c'était très intimidant. Mais ils étaient tous attachés à faire en sorte que le projet soit le mieux réussi possible, et du coup, on a accompli un formidable travail d'équipe". 

Le producteur Bobby Cohen, déjà à l'affiche du premier volet, était heureux de s'atteler à ce deuxième chapitre : "Quand on a tourné INSAISISSABLES, on était conscients qu'on tenait là un film original, mais l'idée d'une suite ne nous a jamais traversé l'esprit. C'était très gratifiant de pouvoir rappeler tous ceux qui nous ont fait confiance dès le départ et de leur demander s'ils étaient prêts à nous accompagner pour cette nouvelle aventure". Le scénariste Ed Solomon, coauteur du premier épisode, a collaboré avec Peter Chiarelli pour INSAISISSABLES 2 où les scènes de magie et d'action, comme les rebondissements, sont plus spectaculaires encore. Solomon souhaitait retrouver l'esprit d'INSAISISSABLES, tout en en renouvelant le dispositif. "Il y avait cet ensemble de personnages particulièrement attachant", relève-t-il. 

"Il fallait leur imaginer de nouvelles aventures. On s'est dit qu'ils pouvaient être pris au piège d'un tour de magie et chercher le moyen de s'en sortir. À nos yeux, c'était l'occasion d'écrire un film palpitant". Avec ce deuxième volet, les auteurs sont passés d'un film de braquage à une œuvre plus inclassable. 

"Pour moi", reprend le scénariste, "les films qui résistent à toute classification évidente sont les plus réussis. Je suis incapable de savoir à quel genre appartient le film. On peut dire qu'il s'agit d'un thriller d'espionnage ou d'une comédie policière. Certains l'ont qualifié de comédie féerique. Il est un peu tout cela à la fois. On a cherché à donner le sentiment de voir un très grand magicien à l'œuvre. On sait bien qu'on est en train de se faire manipuler, mais on ne connaît pas les rouages de la supercherie. On est dans une forme de réalité magnifiée par la fiction, où les personnages sont un peu plus malins que la plupart des gens et possèdent des facultés proches de superpouvoirs". Le spectateur aura donc l'impression d'assister aux plus grands tours de ces immenses prestidigitateurs, comme l'indique le scénariste, auteur de MEN IN BLACK et de L'EXCELLENTE AVENTURE DE BILL ET TED. 

"Logiquement, le public devrait avoir une réaction ambivalente, ce que suscite souvent la magie", indique Solomon. "On est subjugué par le spectacle tout en étant conscient qu'on est en train de se faire avoir. Et on a envie de savoir où tout cela va nous mener. On adhère volontairement à la fiction qui se déroule sous nos yeux". Solomon salue l'attitude de Chu sur le plateau et son sens inné de la mise en scène : "J'adore travailler avec Jon", reprend-il. "Il fait totalement confiance à ses collaborateurs car il estime qu'ils donneront le meilleur d'eux-mêmes pour le film. Le seul fait qu'il en soit convaincu galvanise ses troupes ! Il possède un formidable regard et il orchestre les déplacements de ses acteurs comme un chorégraphe. Sa complicité avec les comédiens est totale. Grâce à lui, l'atmosphère sur le plateau est détendue et quand on connaît la complexité de ce tournage, c'est une vraie prouesse". 

"Je le connais depuis environ dix ans", assure Cohen. "Il venait de sortir diplômé de l'école de cinéma de USC, où il a réalisé un court métrage extraordinaire, véritable film musical à part entière. Il est l'un des premiers à qui nous avons pensé confier les rênes de ce deuxième opus. Il est parfaitement conscient que les déplacements des acteurs dans le plan, à la manière d'un ballet, sont très proches du travail des magiciens". 

INSAISISSABLES 2 commence un an après la fin du premier opus : les Cavaliers doivent se cacher, en attendant de savoir ce que la société secrète des magiciens, L'Œil, s'apprête à leur demander. Bien que leur ennemi juré, Thaddeus Bradley, tristement célèbre pourfendeur de magiciens, ait été reconnu coupable – de leurs délits – et incarcéré, le FBI est à leurs trousses. "Dans le premier opus, les Cavaliers ont toujours un coup d'avance sur le spectateur", poursuit Cohen. 

"Le public cherche à comprendre ce qui se passe. Cette fois, la situation tourne rapidement au désavantage des Cavaliers. Le spectateur aura le plaisir de découvrir un film plus ambitieux, plus drôle et plus efficace en matière d'action que le précédent, tout en cernant mieux la mythologie de L'Œil. Les tours de magie, les énigmes et les surprises en tous genres y sont encore plus impressionnants". Pour Solomon, les notions d'aventure et d'émerveillement sont au cœur du film. "J'espère que le spectateur aura au moins autant de plaisir à voir le film qu'on en a eu à le faire", dit-il. "Je crois que les gens apprécient la magie et les gags pour les mêmes raisons : ils aiment être surpris. On sait tous que c'est un jeu, mais on s'y sent en sécurité. Les gens adorent regarder un expert faire quelque chose auquel ils ne comprennent presque rien, tout en cherchant à en percer le mystère".

UN CASTING DE RÊVE

En réunissant les comédiens déjà à l'affiche du premier opus - Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson, Dave Franco, Morgan Freeman et Michael Caine – et en faisant appel à de nouveaux venus comme Daniel Radcliffe, Lizzy Caplan, Sanaa Lathan et Jay Chou, INSAISISSABLES 2 retrouve la complicité et le mystère du premier opus et propose de nouvelles péripéties à ses protagonistes. "On a réuni d'immenses comédiens dans un film dont les tours de magie sont spectaculaires", indique Solomon. 

Mark Ruffalo, cité à l'Oscar pour SPOTLIGHT, endosse de nouveau le rôle de Dylan Rhodes, agent du FBI né dans l'univers de la magie. Après qu'il s'est révélé faire partie de L'Œil dans le premier opus, Dylan est toujours agent du FBI et tente de garder le secret sur son passé. Lui-même magicien surdoué, il préférerait sans doute se produire aux côtés des Cavaliers, mais il considère qu'il met mieux à profit ses talents en travaillant dans l'ombre, là où il peut se sortir des situations les plus délicates. "Que peut-on rêver de mieux que de diriger Mark Ruffalo ?", s'interroge Chu. "C'est l'homme le plus bienveillant et le plus doué que j'aie jamais rencontré. Mark était un vrai chef d'orchestre sur le plateau. Dès qu'il est arrivé, son énergie s'est propagée aux autres. Il joue avec brio. C'est le pilier de la troupe et c'était une vraie chance de travailler avec lui". 

Après avoir pris un vrai plaisir à tourner le premier volet, Ruffalo était enchanté de revenir pour la suite. "Il se dégage de ces films le même bonheur que celui que nous avons à nous fréquenter dans la vie", indique-t-il. "Ce deuxième opus a un peu plus de souffle que le précédent. Le dénouement est un magnifique tour de magie étourdissant et franchement gratifiant". Dans le premier épisode, le spectateur s'imagine que Dylan est un agent du FBI empoté, constamment pris de court par les Cavaliers. Mais vers la fin du film, on comprend qu'il tirait les ficelles dans les coulisses… "On sait de quoi il est capable cette fois, mais rien ne se passe comme prévu", constate Ruffalo. "Ils tentent de démasquer un entrepreneur high-tech qui a réussi à installer une 'porte dérobée' sur toutes sortes de systèmes d'encodage afin de voler des informations. Il s'agit de démasquer ce type, mais la situation ne tarde pas à dégénérer. Dans le même temps, Atlas remet en question la place de leader de Dylan et sa crédibilité au sein du FBI est en jeu. Il traverse une crise. Pour lui, l'objectif est de trouver sa voie, quoi qu'il lui en coûte". 

Pour atteindre son but, Dylan doit compter sur Thaddeus Bradley qu'il a fait incarcérer sans fondement. "Cela le met très mal à l'aise", note Ruffalo. "Du coup, comme le rapport de force est en faveur de Thaddeus, il s'en sert pour se venger de Dylan en lui infligeant l'humiliation qu'il mérite". L'acteur ajoute qu'il ne s'est jamais ennuyé une seconde sur le tournage grâce à Jon M. Chu. "Il a un sens inné de la chorégraphie", note Ruffalo. "Ses mouvements d'appareil n'appartiennent qu'à lui et témoignent de son imagination. Il dévoile l'intrigue comme un tour de magie, en en révélant les rebondissements les uns après les autres. Il a réussi à donner à cette saga un côté high-tech". 

Dans le rôle de J. Daniel Atlas, le chef charismatique et arrogant des Cavaliers, Jesse Eisenberg, cité à l'Oscar, incarne le cerveau de l'organisation, constamment en avance sur ses partenaires. Atlas est un expert de la prestidigitation et un maître de l'illusion, mais sa grande maîtrise de la psychologie humaine fait de lui un formidable manipulateur. "Jesse est un être humain merveilleux et un brillant comédien", s'enthousiasme le réalisateur. "J'ai beaucoup d'admiration pour lui. Quelle que soit la manière dont j'imaginais le film dans ma tête, il a constamment su surpasser l'interprétation de tout autre comédien avec qui j'aie travaillé. C'est donc un plaisir et un privilège de l'observer jouer et de tenter de filmer toute la subtilité de son jeu. Il a beau être très jeune – il est déjà une légende vivante et j'ai hâte de retravailler avec lui et de le découvrir dans d'autres films". 

Eisenberg garde un souvenir presque expérimental du premier opus: les auteurs du film n'ont cessé de tâtonner tout au long du tournage pour trouver la tonalité la plus juste. "On essayait de déterminer le bon équilibre entre le drame, la comédie et le spectaculaire, sans sacrifier le réalisme et l'émotion", se rappelle-t-il. "C'était un dosage difficile à trouver. Cette fois, on a réglé le bon mélange entre humour, émotion et spectacle en amont du tournage". Le point de vue a également changé d'un film à l'autre : "Dans le premier opus, on adopte le regard des agents du FBI qui recherchent activement ces magiciens mystérieux semblant surgir de nulle part, accomplir des exploits extraordinaires avec une précision incomparable, puis disparaître. Cette fois, on épouse le point de vue des Cavaliers qui tentent de mettre à profit leurs talents pour se sortir de cette impasse. On découvre donc de nouvelles facettes de nos personnages", indique Eisenberg. 

Tout comme le film repousse les limites de la magie, Chu repousse les limites du cinéma, comme le raconte l'acteur. "Jon a utilisé des techniques inédites sur ce tournage", dit-il. "Sa curiosité pour les apports de la technologie au profit du cinéma fait totalement écho aux exploits des Cavaliers en matière de magie. Il captive le spectateur en le rendant 'acteur' du film". Merritt McKinney, campé par Woody Harrelson (deux fois cité à l'Oscar), est l'hypnotiseur de la bande – ou plutôt un arnaqueur qui semble être à même de s'immiscer dans l'esprit des autres. Merritt possède une capacité déconcertante à lire les pensées grâce à son sens de l'observation et de la déduction. Étant donné que les auteurs ont décidé d'explorer davantage le passé du personnage, Harrelson a eu l'occasion de camper un autre rôle – celui de Chase McKinney, frère jumeau de Merritt et médium malveillant qui en veut particulièrement à ce dernier. "On s'est dit que ce serait très drôle que Woody s'en prenne à Woody", se remémore Cohen. 

"Quand on lui a demandé si cela pouvait le tenter, il a mis environ deux secondes à nous dire oui. Il est coiffé différemment, il est habillé différemment, et il a construit un tout autre personnage qui, à bien des égards, possède le charme de Merritt, mais l'exprime d'une manière autre". Harrelson est réputé pour avoir une attitude décontractée, mais il était d'un professionnalisme exceptionnel sur le plateau, selon Chu. "Son sens du rythme et de la comédie est sidérant", relate le réalisateur. "Il fait mouche à chaque fois. Mais c'est aussi un vrai boute-en-train. Tout le monde aime passer du temps avec lui. Il a adoré jouer deux personnages. Il a construit le rôle délirant de Chase – avec sa chevelure et sa dentition parfaites, et son bronzage étrange – et il s'est éclaté". 

Harrelson, qui conserve un excellent souvenir du premier film, était enchanté de pouvoir tourner la suite. "Il y avait de nouvelles pistes à explorer dans ce thriller situé dans l'univers de la magie, et j'avais hâte d'y participer", dit-il. "On s'apprécie tous beaucoup, si bien que c'était génial de se côtoyer 12 heures par jour et de se faire rire mutuellement". Pour Harrelson, Ed Solomon a su écrire un scénario complexe d'une grande originalité : "Il n'a pas ménagé ses efforts pour que le script soit le plus brillant possible", dit-il. "L'intrigue est d'une richesse extraordinaire et tout le monde s'est montré à la hauteur. Tous ceux que je connais qui ont vu le film ont eu la même réaction à la fin : 'C'est déjà terminé ?' Ils auraient voulu que ça continue. Je crois qu'on a réussi une rare prouesse : la suite est meilleure que l'original". 

Travailler avec des comédiens qui se connaissent déjà si bien aurait pu s'avérer délicat pour le réalisateur, mais Chu a su s'imposer sans problème, selon Harrelson : "C'est difficile de débarquer dans une équipe où tout le monde se connaît", reconnaît l'acteur. "Comment savoir si vous allez vous intégrer ? Bien entendu, le réalisateur est le type le plus important sur le plateau, si bien qu'on espère que ce sera quelqu'un de bien, et c'est le cas de Jon. Il a su s'approprier le scénario et il s'est révélé brillant". 

Pickpocket de génie maîtrisant le maniement des cartes, Jack Wilder est interprété par Dave Franco qui a dû apprendre à lancer, retourner, et faire pivoter des cartes avec une rapidité et une précision sidérantes. Cocktail d'action, d'humour et d'émotion, INSAISISSABLES 2 correspondait exactement au type de projet que recherche le comédien. "C'est tout ce que j'aime dans mon métier d'acteur", dit-il. 

"Le casting m'a également séduit. J'avais l'occasion de donner la réplique à des partenaires exceptionnels qui sont toujours restés très simples. Et bien que les journées aient été longues et difficiles, le tournage est passé extrêmement vite. Je ne suis pas certain de me marrer autant avec mes amis qu'avec ces comédiens !" À la fin du premier opus, Jack a mis en scène sa propre mort. Tapis dans l'ombre, les Cavaliers attendent que L'Œil leur confie leur nouvelle mission. "Cette fois, nous sommes censés éliminer un géant du high-tech qui revend des données confidentielles sur le marché noir", précise Franco. "Alors qu'on cherche à les confondre, la situation dégénère totalement et on se retrouve dos au mur. Par la suite, on tente de découvrir qui est aux commandes et comment reprendre le contrôle de la situation. Mais pour y parvenir, les Cavaliers doivent se montrer soudés. Or, on a tous agi en ordre dispersé et on a donc oublié comment mener un travail d'équipe". 

Pour compliquer encore la donne, Henley (Isla Fisher) s'est séparée des Cavaliers. Femme audacieuse au fort tempérament, elle ne supportait plus de vivre dans l'anonymat – sans parler du fait qu'Atlas se soucie davantage de découvrir l'identité du chef de L'Œil que de répondre aux sentiments amoureux de Henley. Cependant, alors que la jeune femme vaque désormais à d'autres occupations, on fait la connaissance d'un nouvel électron libre : Lula, nouvelle Cavalière, campée par Lizzy Caplan. Lula est une magicienne "geek" dont les tours ont pour but de choquer le spectateur. Elle fait la connaissance d'Atlas alors qu'elle se décapite dans son salon. "Elle est douce et pleine de vitalité en apparence, mais sa magie révèle une véritable appétence pour le sang et la violence", note Solomon. 

"C'est un personnage très drôle, à la fois à écrire et à observer, et ce sentiment est encore rehaussé par la prestation de Lizzy". Il était essentiel que la comédienne soit une dure à cuire pour s'intégrer parmi ses partenaires pour la plupart masculins. "Lizzy apporte une touche nouvelle à ses coéquipiers car elle est à même de leur rendre la monnaie de leur pièce", affirme le réalisateur. "Elle est plus coriace que toute l'équipe réunie. Si l'un de ses coéquipiers s'avisait de faire une blague, elle le surpasserait. Elle est prête à aller plus loin que n'importe quel comédien ! Et c'est la personne la plus adorable que je connaisse. C'était formidable d'avoir cette jeune femme qui fait des étincelles et qui a redynamisé le film". 

La comédienne indique avoir apprécié les tours de magie sanglants qu'elle a dû apprendre : "Je me suis retrouvé à découper des corps en morceaux", dit-elle. "Et à chaque fois que je voulais aller dans la surenchère, on m'a laissée faire". Elle se souvient précisément de la première fois où elle a vu INSAISISSABLES. "C'est un vrai plaisir d'aller voir un film au cinéma dont le but est de vous divertir", indique Lizzy Caplan. "Il y a de l'action, des explosions et des scènes extrêmement drôles. Parfois, on a simplement envie d'aller au cinéma pour rire et s'éclater, et c'est exactement l'effet que produit ce film". 

Le travail d'équipe avec des partenaires aussi talentueux a permis de relâcher la pression, comme le souligne la comédienne. "Quand on s'entend aussi bien que nous, chaque journée est un pur plaisir", dit-elle. "Jon M. Chu était le réalisateur idéal pour une bande d'acteurs aussi chahuteurs. Il vient d'une famille nombreuse, si bien qu'il est habitué à être entouré de frères et sœurs qui crient, hurlent et cassent des choses. Il ne s'énerve jamais. On avait beau être insupportables et parler sans arrêt, il était content !" Lula a un petit faible pour Jack Wilder et n'hésite pas à exprimer ses sentiments : "Elle ne se gêne pas pour lui faire du rentre-dedans en s'y prenant très mal", reconnaît Lizzy Caplan. "Dave Franco est formidable ! On a vraiment essayé de proposer des idées intéressantes pour pimenter notre histoire d'amour. C'était un partenaire épatant". 

La production était ravie que Michael Caine, comédien oscarisé, accepte de camper de nouveau Arthur Tressler, milliardaire sournois, déterminé à se venger de l'humiliation que les Cavaliers lui ont fait subir. "Michael est fidèle à lui-même", note Cohen. "Ce qui ressort toujours chez lui, c'est sa stature et son savoir-faire incomparable. Il fait mouche à tous les coups. Et puis, quand même, c'est Michael Caine !" Chu était particulièrement enchanté de diriger l'un de ses héros de toujours. "C'est un immense honneur de travailler avec le grand Sir Michael Caine", dit-il, admiratif. "On n'ose même pas imaginer, quand on est gamin, qu'on sera un jour amené à collaborer avec une telle légende. C'est un mythe, et le fait de tourner à Londres avec lui est encore plus hallucinant ! Sur le plateau, on n'arrêtait pas de lui demander de nous raconter des anecdotes sur les films qu'il a tournés". 

Le personnage d'Arthur Tressler, est particulièrement déterminé à anéantir les Cavaliers, quoi qu'il lui en coûte. "C'est un tel salopard qu'il en devient drôle, ce qui n'est pas facile à jouer", confie le comédien. "Il faut jouer un personnage comme Tressler avec le plus grand sérieux. Cette fois, il fait équipe avec une crapule encore plus abjecte que lui. C'est un film de plus grande envergure que le précédent et les tours de magie sont spectaculaires". 

Caine reconnaît avoir un faible pour la magie. "La première fois que j'ai vu un magicien, c'était à une fête pour enfants quand j'avais quatre ou cinq ans", dit-il. "Un type se baladait avec un œuf qu'il mettait dans son chapeau. Et lorsqu'il enlevait son chapeau, il y avait un tout petit poulet sur sa tête. J'étais subjugué. Ce film est un peu comme un tour de magie à lui seul. On passe son temps à chercher à comprendre ce qui se passe, mais ce n'est que vers la fin qu'on en perce les secrets". 

Morgan Freeman, comédien oscarisé, retrouve le rôle de Thaddeus Bradley, pourfendeur des spectacles de magie et ennemi juré des Cavaliers. "Le succès du premier opus s'explique en grande partie par la présence de Morgan et Michael", indique Cohen. "Ils font partie des légendes du cinéma mondial et ce sont deux professionnels hors pair. Ils avaient une scène ensemble qu'on n'arrivait pas à planifier. Quand je leur ai expliqué le problème, ils ont fait un gros effort pour revenir à Londres et tourner la séquence". 

En travaillant avec Freeman, Chu a eu le sentiment que sa vie était observée par un être omniscient. "En réalité, c'est un blagueur patenté", signale le réalisateur. "On a essayé de le chambrer, mais il n'aime pas ça. Il préfère avoir le dernier mot". Selon Freeman, ce deuxième épisode est plus inventif et galvanisant que le premier. "Pourtant, je trouve qu'INSAISISSABLES était déjà très novateur sur le plan narratif", dit-il. "Il était extrêmement bien écrit et réussissait à mettre en scène de formidables tours de magie. On n'avait pas aussi bien parlé de magie au cinéma depuis THE MAGICIAN d'Orson Welles dans les années 40. C'est tout à fait nouveau pour le public. Et si on veut tenir les gens en haleine, il faut leur offrir un spectacle inédit". 

Morgan Freeman compare la participation à une suite de film à une troupe de théâtre : "On travaille avec un petit groupe de gens pendant pas mal de temps et on noue une vraie complicité", dit-il. "On connaît le rythme de ses partenaires et on se fait confiance. On s'est tous retrouvés et on se connaissait, non seulement parce qu'on avait déjà tourné ensemble, mais aussi parce qu'on a vu le film et qu'on sait ce qu'on avait fait de bien". Dans ce deuxième volet, Freeman donne essentiellement la réplique à Mark Ruffalo, comédien qu'il admire beaucoup : "C'est libérateur de travailler avec quelqu'un comme lui", reprend-il. "Quand on joue, c'est comme si on fermait les yeux et qu'on tombait en arrière : si on sait qu'on a quelqu'un pour vous rattraper à chaque fois, c'est très facile". À la fin du premier épisode, Thaddeus a été injustement incarcéré à cause de Dylan et ses Cavaliers, mais Freeman affirme que c'est une situation temporaire… 

"Thaddeus a beaucoup de ressources", dit-il. "Il trouvera toujours le moyen de s'en sortir. Du coup, le film gagne en intensité, en action, en suspense et en moments drôles. On n'a lésiné sur rien !" Nouveau venu dans l'univers d'INSAISISSABLES, Daniel Radcliffe campe Walter Mabry, riche entrepreneur qui se terre dans le magnifique appartement d'une tour de Macao. "Walter est une sorte de jeune prodige, qui aimait la magie autrefois, mais n'a jamais été très doué", explique le réalisateur. "Il a une idée lumineuse : il se dit qu'aucun tour de magie, quel qu'il soit, ne peut résister à la science, même s'il admire toujours les Cavaliers qu'il a kidnappés pour les contraindre à exaucer ses vœux. On a déjà vu pas mal de facettes du talent de Daniel dans ses films précédents, mais il n'a jamais campé un type aussi étrange et fou". 

Radcliffe avait été frappé par la diversité des parcours des acteurs du premier opus : "C'est une bande de comédiens épatants qui apportent chacun sa propre expérience au tournage", note-t-il. "Ils donnent le sentiment de s'être éclatés tous ensemble et c'est enthousiasmant pour le spectateur". Mabry fait appel aux Cavaliers pour subtiliser un dispositif technologique sous très haute surveillance qu'il considère lui appartenir. Mais ses intentions sont bien plus troubles qu'elles n'en ont l'air. "Quand il était ado, Walter aimait sans doute la magie mais n'était pas très doué", indique Radcliffe. 

"Il ne cherche pas à ce qu'on croie au pouvoir de l'imaginaire : il veut décortiquer le mécanisme des tours de magie. Il y a un peu d'amertume chez lui car il n'a pas le talent des Cavaliers. Du coup, il cherche à sympathiser avec eux mais dans le même temps, il leur en veut". Personnage énigmatique, Mabry fait une proposition aux Cavaliers mais n'est pas homme à se contenter d'un refus. Et même s'il évolue dans les hautes technologies, il est toujours passionné par la magie. 

"Le film aborde plusieurs thèmes intéressants, comme l'opposition entre science et magie", relève Solomon. "On joue avec l'idée que de nos jours, s'il y a encore de la magie, c'est dans le domaine scientifique. Walter Mabry est un garçon gâté et brillant qui se prend pour un magicien amateur alors qu'au fond, c'est un vrai scientifique". "Jon a fait un super boulot", constate Radcliffe. "Il faut un vrai regard pour s'attaquer à un projet de cette ampleur. Grâce à lui, l'intrigue est d'une grande fluidité, malgré la complexité des scènes, et c'est un bonheur à observer. Il y a notamment une séquence cruciale où les Cavaliers sont censés subtiliser un objet sous le nez des vigiles. Jon a su utiliser la magie pour mettre en scène ce vol d'une manière inédite". 

Pour le jeune comédien, la magie réveille la part enfantine qui est en chacun de nous. "C'est très difficile d'être un bon prestidigitateur, mais les tours les plus convaincants sont souvent les plus simples et les plus efficaces", dit-il. Directrice adjointe du FBI, Natalie Austin (Sanaa Lathan) traque les Cavaliers depuis qu'ils ont disparu après leur dernier spectacle. "Je suis fan de Sanaa depuis LOVE & BASKETBALL", souligne Chu. "Quand un comédien n'a que quelques scènes dans un film, il faut qu'il soit d'une grande précision. C'était très important de pouvoir compter sur une actrice comme Sanaa". La comédienne, qui a beaucoup apprécié le premier opus, était enchantée de participer à la suite. "Il y avait là tous les ingrédients d'une grosse production, mais aussi une formidable histoire et des personnages passionnants", dit-elle. 

"L'idée de voir des magiciens surdoués participer à un braquage, puis redistribuer l'argent subtilisé aux pauvres est originale et très bien traitée". Elle affirme que ceux qui ont aimé le premier film peuvent s'attendre à davantage de tours de magie et de cascades spectaculaires. "Les acrobaties sont plus impressionnantes que dans le précédent épisode", poursuit-elle. "Les tours de magie sont hallucinants. C'est le genre de film qu'on peut revoir encore et encore, car on y découvre de nouvelles choses à chaque vision". Jay Chou, superstar de Taïwan, fait aussi ses premiers pas dans l'univers d'INSAISISSABLES sous les traits de Li, propriétaire d'une très vieille boutique de magie de Macao qui détient plusieurs clés capables de résoudre les énigmes du film. Musicien et comédien, Chou est lui-même magicien : il faisait des tours pour le plus grand plaisir des techniciens et de ses partenaires entre deux prises. 

"J'adore Jay Chou", signale le réalisateur. "Je suis fan de son travail et ma mère aussi ! Il est vraiment charmant. Ce type est capable de tout faire, il est super sympa – bref, j'aimerais beaucoup lui ressembler !" En réalité, Chou est l'un des chanteurs les plus populaires au monde. "Il a un charme fou, il est drôle et il est aussi excellent magicien", remarque Cohen. "Comme il avait beaucoup aimé le premier opus, il était ravi de participer à la suite. C'était formidable qu'il rejoigne l'équipe et grâce à lui toute la partie se déroulant à Macao est pleine de rythme". Chu reconnaît avoir beaucoup appris au contact des comédiens. "Ce sont tous de grands artistes", s'enthousiasme-t-il. "Ils ont tous su incarner leurs personnages avec force. Ils sont notre arme secrète ! Dès qu'on associe Jesse avec Dave Franco, ou Mark Ruffalo avec Morgan Freeman, la magie opère et il n'y a plus qu'à la filmer. Quand on a des comédiens de cette envergure, on peut leur demander l'impossible et ils offrent un spectacle réaliste auquel on croit totalement". 

AUX QUATRE COINS DU MONDE

Si l'histoire démarre à New York, où s'achevait le premier opus, les Cavaliers se rendent ensuite à Macao – par magie semble-t-il –, puis à Londres pour un affrontement final avec une coalition inattendue de leurs ennemis. Pour le réalisateur, le port animé de Macao était l'endroit idéal où situer plusieurs scènes-clés du film. "Dès le départ, on savait qu'on voulait embarquer les Cavaliers dans un lieu dont l'histoire est marquée par le mystère et la magie", relate Chu. 

"À Macao, on trouve un charmant mélange exotique et étrange d'architecture portugaise et de culture chinoise, le tout agrémenté d'un petit côté Las Vegas ! Tout est beau et se prête magnifiquement à l'image. L'atmosphère du lieu incarne l'esprit même du film". Par conséquent, il était essentiel pour le réalisateur de tourner les extérieurs en décors naturels. "On ne peut pas reconstituer les rues de Macao ailleurs", analyse-t-il. 

"Chaque détail compte, des carreaux des trottoirs aux habitants qui étendent leur linge aux fenêtre. En voyant les marchands ambulants, les gens qui jouent au mah-jong à chaque coin de rue et les cyclistes qui sillonnent la ville à toute vitesse, les Cavaliers ont l'impression d'avoir débarqué au Pays d'Oz ! On a souvent tourné à la volée, si bien que les acteurs ne savaient jamais à quoi s'attendre". Comptant parmi les villes les plus riches au monde, Macao est situé sur une péninsule reliée à la Chine continentale, même si elle a plus de points communs avec Hong Kong, autre ancienne colonie européenne à moins de 80 km de distance. Si Macao fait partie intégrante de la République populaire de Chine depuis 1999, elle avait été colonisée par les Portugais au XVIème siècle. 

"L'architecture reflète une mosaïque de cultures différentes", souligne Cohen. "On y trouve des immeubles Art Déco de style portugais des années 30 et des bâtiments asiatiques plus récents et, à quelques kilomètres de là, la ville ressemble à Las Vegas. C'est le genre de mélange qu'on ne peut pas reconstituer. L'animation dans les rues est délirante. On avait recruté une centaine de figurants mais vers la fin du tournage, il y avait environ 500 personnes sur le plateau !" 

Les liens ancestraux qu'entretient la ville avec la magie enrichissent le film, à l'instar des traditions occultes de la Nouvelle-Orléans dans le premier opus. Les Portugais ont été les premiers à introduire la magie à l'européenne en Asie, avant que celle-ci ne s'y épanouisse. Iong's Magic Shop, qui joue un rôle important dans l'histoire, est une boutique très ancienne qui existe vraiment. "Ed l'a insérée dans le scénario et du coup, quand on est arrivés à Macao, nous avons commencé par aller chez Iong", précise le réalisateur. "La boutique est beaucoup plus discrète que celle qu'on a construite mais elle est quand même assez délirante". Avec ses hôtels de luxe et ses casinos qui attirent les joueurs du monde entier, Macao évoque Las Vegas. L'un des établissements de la ville, le Sands Macao Hotel, a autorisé la production à tourner dans la salle de jeux. "C'est difficile de tourner dans un casino en pleine activité, mais la direction du Sands a été formidable", souligne Cohen. "On a aussi mis en place un dispositif qui a rarement été expérimenté dans un film de cette envergure : on a tourné dans l'enceinte du casino avec une caméra embarquée à bord d'un drone d'hélicoptère qui se déplaçait à 40 km/h tout en suivant les comédiens. C'était totalement fou mais ça a fonctionné". 

La chef-décoratrice Sharon Seymour a construit les intérieurs – un laboratoire ultramoderne tout carrelé de blanc, le magasin de magie poussiéreux et sombre, le marché animé et le sublime appartement-terrasse de Walter (dont la vue sur les gratte-ciel de Macao a été incrustée en postproduction) – en studio à Londres. "Lorsqu'on a su qu'on allait tourner à Macao, on a voulu faire en sorte que le rendu à l'image soit le plus authentique possible", indique Cohen. "On était conscients que la boutique Iong's et le marché allaient être des décors essentiels et on voulait qu'ils soient vivants. Sharon a imaginé un marché asiatique à plusieurs niveaux dans un bâtiment désaffecté du centre de Londres. Elle n'a négligé aucun détail. Lorsque les comédiens ont débarqué sur le plateau, ils se sont immédiatement glissés dans la peau de leurs personnages". 

La chef-décoratrice a mené des recherches minutieuses, en se documentant notamment sur l'intérieur de la véritable boutique de magie de Macao. "Nos consultants nous ont beaucoup aidés, mais avant même de les recruter, on a mené nos propres recherches", relève-t-elle. "Les couloirs de mon bureau étaient couverts d'affiches de spectacles de magie. Nous nous sommes rendus au musée de la magie de Davenport, dans les environs de Londres. Pour l'architecture du magasin de magie, on s'est largement inspiré de nos premiers repérages à Macao, où j'ai visité des boutiques d'antiquités et des herboristeries qui m'ont donné des idées pour l'aménagement intérieur". 

Il se dégage du décor de la boutique d'Iong's Magic Shop réinterprétée par Sharon Seymour l'atmosphère atemporelle d'un lieu extraordinaire ayant accueilli plusieurs générations de célèbres magiciens et illusionnistes. "On y trouve aussi bien des objets anciens datant du début du XXème siècle que des accessoires modernes en plastique", dit-elle. "C'est un lieu à part à l'image du monde de la magie". 

Au Royaume-Uni, où l'essentiel du tournage a eu lieu, la production a tourné au Royal Observatory du quartier historique de Greenwich – qui marque le premier méridien, où la longitude est définie comme égale à 0° - et sur les quais de Tilbury du port de Londres. Le tour de magie époustouflant d'Atlas, faisant intervenir de la pluie, a été filmé à la Royal Navy Academy de Greenwich et l'acrobatie spectaculaire de Lula se déroule devant le célèbre navire anglais Cutty Sark, l'un des derniers clippers transportant du thé à avoir été fabriqués avant l'avènement des bateaux à vapeur. La chef-costumière Anna B. Sheppard a mis au point des tenues vestimentaires qui reflètent l'évolution des personnages depuis le précédent film. 

"La plupart des protagonistes avaient déjà une identité bien marquée, mais ils ont un peu évolué", explique-t-elle. "On a choisi de ne plus faire porter de capuches à Atlas. Il porte des vêtements plus à la mode qui lui vont mieux et qui donnent l'impression qu'il a mûri. Dylan s'affirme davantage et on l'a donc habillé de costumes très élégants. Merritt n'a presque pas bougé". Les comédiens ont été largement sollicités sur le choix de leurs tenues. "S'agissant de Dave Franco, il porte quasiment les mêmes costumes que dans le premier épisode car il préfère rester dans l'ombre et se contenter d'une veste en cuir et d'un jean". Pour les nouveaux personnages, Anna Sheppard avait plus de liberté pour concevoir des tenues originales. 

"Faire en sorte que Daniel Radcliffe ait l'air adulte alors qu'on se souvient tous de lui en Harry Potter était un sacré défi", reprend-elle. "Il porte de très belles tenues quoique un rien excentriques : pas de chaussettes, des chaussons de velours et du Vivienne Westwood". La chef-costumière a également sillonné les boutiques et les marchés de Macao et Hong Kong pour les scènes du bazar animé, achetant 400 costumes différents représentant la moyenne des habitants de la ville. "Je suis aussi allée en Chine et en Thaïlande pour dénicher d'authentiques vêtements anciens", dit-elle. "On a trouvé des choses extraordinaires dont certaines pourraient être exposées dans un musée".

DES TOURS DE MAGIE PLUS VRAIS DE NATURE

Une fois encore, la production a fait appel aux plus grands magiciens du monde pour mettre au point des tours époustouflants que les comédiens accomplissent devant la caméra, en ayant pas – ou peu – recours aux effets spéciaux. Pour que le résultat soit convaincant, il faut que le spectateur ait le sentiment d'assister au spectacle, indique Chu. "Cela peut s'avérer difficile de tourner une scène de magie", dit-il. 

"Grâce aux effets visuels, on peut donner vie à un dinosaure ou faire venir un extraterrestre sur Terre. Mais on a souhaité que les comédiens effectuent vraiment les tours sur le plateau et on leur a donc appris à le faire. Il est essentiel que le public ne se dise pas qu'on triche – et d'ailleurs, on ne triche pas ! Les tours que l'on voit à l'écran ont vraiment eu lieu, sans effets de montage. Et par la suite, on dévoile au spectateur les dessous des cartes". Chu tenait à mettre en place des tours de magie plus spectaculaires et plus audacieux. Autrement dit, il fallait davantage mobiliser les acteurs. Ils ont donc participé à un séminaire de magie quelques semaines avant le début du tournage : ils se sont exercés pendant des heures pour travailler leur dextérité et ont appris à faire disparaître des objets et maîtriser la gestuelle et le discours du magicien professionnel. Mark Ruffalo s'est même initié au métier de cracheur de feu. 

"Le plus difficile, et le plus exaltant, c'était d'intégrer les tours de magie à l'intrigue", note Solomon. "On n'imagine pas à quel point il faut se casser la tête pour donner l'illusion de la simplicité. Je ne parle pas seulement des tours de magie, qu'ils soient modestes ou ambitieux. Je parle aussi de l'importance de créer une atmosphère de magie du début à la fin du film qui donne le sentiment qu'il s'agit d'un seul et même tour. On a cherché à faire entrer le spectateur dans l'univers féerique dans lequel on bascule quand on assiste à un spectacle de magie". Dès le développement du scénario, la production a fait appel à de grands artistes, comme le mentaliste, hypnotiseur et magicien Keith Barry et le célèbre illusionniste David Copperfield, également coproducteur du film. 

"Nos consultants sont les meilleurs dans leur domaine", précise Solomon. "Keith était sur le plateau tous les jours. David m'a beaucoup aidé à mettre au point certaines scènes-clés. Rien que le fait de pouvoir appeler David Copperfield et de lui dire 'j'ai une idée pour un tour de magie' était incroyable. David a été extrêmement disponible. Il est particulièrement attentif à la profondeur de champ et à son incidence sur le regard et l'esprit". Barry, qui se produit en public depuis l'âge de 4 ans, a fourni de précieux conseils techniques. "La manière dont fonctionne l'esprit d'Ed est hallucinante", remarque Barry. "Il multiplie les rebondissements spectaculaires qui, du coup, distinguent nettement ce film du précédent. Il est beaucoup plus rythmé et les tours de magie sont plus nombreux. Le film regorge de tours, de maniement des cartes et de séances de mentalisme et d'hypnotisme". Collaborant avec l'ensemble des départements techniques, il a fait répéter chaque comédien pour ses scènes bien spécifiques et il a travaillé avec les accessoiristes et les techniciens d'effets spéciaux, et permis à Solomon d'imaginer des tours susceptibles d'être réalisés devant un public. 

"Ce serait beaucoup plus simple de faire appel aux effets visuels, mais il est important que les spectateurs soient conscients que ce qu'ils voient à l'image a bel et bien eu lieu", relève Barry. "C'est le secret d'un bon film sur la magie. Si on fait trop appel aux effets infographiques, les gens auront le sentiment qu'on peut faire tout et n'importe quoi, y compris des choses qui ne peuvent pas être obtenues dans la vraie vie. On a pris la décision de minimiser le recours aux effets numériques, ce qui m'a beaucoup plu, car je vis pour la scène. J'espère que le public y sera sensible". 

Outre Barry, les magiciens Andrei Jikh et Blake Vogt ont été sollicités pour aider les acteurs et les techniciens à régler les aspects techniques des scènes de magie. Vogt a travaillé en étroite collaboration avec les accessoiristes pour faire en sorte que la plupart des effets soient "mécaniques". "C'est un film parfait du point de vue du magicien", observe Vogt. "Il s'agit d'une équipe de magiciens et c'est une idée formidable. Dans la vie, on travaille ensemble et on se lance des défis pour se stimuler et faire constamment preuve d'invention. Même sur le plateau, il m'arrivait de faire un tour et puis Andrei faisait un tour. On s'entraînait mutuellement. C'est génial de voir un film qui s'inspire de nos rapports". 

Jikh, expert en maniement des cartes, a initié les comédiens à manipuler des cartes avec rapidité et précision. "On a entraîné les acteurs pour qu'ils réfléchissent comme un expert des cartes", dit-il. "Ils ont appris à dissimuler des cartes en toute discrétion, à les lancer comme un ninja et à les faire passer d'une main à l'autre. Pour tout cela, il fallait concentration, entraînement et adresse. On s'est éclatés et les comédiens ont été épatants dans l'apprentissage des moindres techniques". 

Les acteurs ont dû devenir des experts en maniement des cartes en un temps record pour une séquence-clé du film. "Daniel Radcliffe a une scène où il doit utiliser une carte", précise Jikh. "Il a passé tellement de temps à perfectionner ce tour qu'il peut désormais le faire sans même regarder ses mains. Dave Franco peut envoyer une carte à l'autre bout de la pièce et atteindre une cible. Il sait attraper et jeter des cartes avec une parfaite dextérité, et s'acquitter de toutes sortes de tours de prestidigitation. Lizzy arrive à faire surgir une carte de sa veste, de sa main ou même de ses cheveux". 

Ce ne sont pas des cartes que Woody Harrelson a dû apprendre à manipuler pour camper son personnage de mentaliste et d'hypnotiseur de réputation mondiale. "Il s'est préparé au rôle de manière spectaculaire", indique Jikh. "Je l'ai vu s'immiscer dans l'esprit des gens et réussir à les hypnotiser mieux et plus rapidement que les meilleurs spécialistes. S'il décidait de mettre un terme à sa carrière d'acteur pour devenir hypnotiseur à temps plein, on aurait du souci à se faire ! Ces comédiens ont passé des heures et des heures à s'entraîner et à répéter, et c'était merveilleux de les observer". 

Le but ultime de l'équipe, selon Barry, consistait à retrouver l'émerveillement enfantin que nous perdons en vieillissant. "Ce que j'espère, c'est que le spectateur lâche prise pendant les deux heures que dure le film", dit-il. "En grandissant, on commence à comprendre comment fonctionne le monde et on perd notre propension à l'émerveillement. Si on croise un magicien dans une soirée, on se replonge dans l'enfance – cette époque où on ignorait le fonctionnement des choses. C'est le but des magiciens : on se produit devant des milliers de spectateurs réunis au même endroit et on leur donne l'occasion d'oublier leur quotidien et leurs problèmes et de se rappeler le bonheur de l'émerveillement". 

Chu espère que le film séduira les spectateurs de toutes générations. "Il y a du suspense", conclut-il. "Il y a aussi de l'émotion et des scènes à grand spectacle. C'est une aventure ponctuée de tours de magie qui réunit plusieurs immenses comédiens, légendes du septième art et futures stars. Le film devrait être inoubliable. Si on a envie de se détendre avec ses amis ou en famille, et de vivre une expérience dont on reparlera par la suite, c'est le film qu'il faut aller voir".

Autre post du blog lié à INSAISISSABLES 2

lundi 22 août 2016

LES TROLLS


Au cinéma le 19 octobre 2016

Ce film d'animation coloré et qui promet d'être fun nous révèle deux de ses voix françaises.

LOUANE EMERA & M. POKORA REJOIGNENT L’AVENTURE !

Réunis pour la première fois au cinéma, ils prêtent leur voix aux Trolls.

LOUANE EMERA dans le rôle de Poppy et M. POKORA dans celui de Branche.

Réalisé par Mike Mitchell et Walt Dohrn


Résumé : Connus pour leur crête de cheveux fluos et magiques, les Trolls sont des créatures délirantes et joyeuses et surtout les rois de la pop.
Mais leur monde d'arcs-en-ciel et de cupcakes est changé à jamais lorsque leur leader Poppy (Louane Emera), accompagnée de Branche (M.Pokora), doit se lancer dans une mission de sauvetage qui l'entraînera loin de ce petit paradis.
Irrévérencieux, rafraîchissant et délirant, le film d’animation qui réveille la bonne humeur à coup de claques musicales.

Bande annonce (VOSTFR)



Bande annonce (VF)



#LesTrolls

Autre post du blog lié au film LES TROLLS

dimanche 21 août 2016

JACK REACHER : NEVER GO BACK


Au cinéma le 19 octobre 2016

L'affiche du film met en avant le duo Tom Cruise/Cobie Smulders, ainsi que l'action explosive propre au caractère de ce personnage.


Un film de Ed Zwick
Avec Tom Cruise et Cobie Smulders

D’après le roman de Lee Child « Retour interdit »,
à paraître le 20 septembre aux éditions Calmann-Lévy


Résumé : Dans Jack Reacher : Never Go Back, Jack est de retour en Virginie pour y rencontrer la chef de son ancienne unité. Mais elle a disparu, il se retrouve alors accusé d’un meurtre commis il y a près de vingt ans. Il apprend également qu’il pourrait être père d’une jeune fille. Afin d’obtenir justice, il s’engage dans une course-poursuite à travers les États-Unis, pour découvrir la vérité ; et peut-être une famille…

Bande annonce (VOSTFR)


#JackReacherNeverGoBack

Pour suivre l'actualité de Paramount France sur les réseaux sociaux

 

ParamountFR 

Autre post du blog lié à JACK REACHER : NEVER GO BACK

samedi 20 août 2016

ASSASSIN'S CREED


Au cinéma le 21 décembre 2016

La nouvelle vidéo sur les coulisses du film prouve encore que le réalisateur veut nous impressionner visuellement et cela pourrait bien fonctionner à merveille !

Découvrez les coulisses de l’impressionnant « Saut de la Foi » sur le tournage du film.

Une chute libre de 38 mètres réalisée sans attache, pour un rendu 100% réaliste.


Un film de JUSTIN KURZEL (Macbeth)
Avec MICHAEL FASSBENDER et MARION COTILLARD


Teaser (VOSTFR)


Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch (Michael Fassbender) revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle. 

Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.

Callum Lynch est un personnage nouveau dans l’univers d’Assassin’s Creed.

Le film n’est pas l’adaptation d’un des jeux vidéo existants et raconte une histoire inédite se déroulant dans une période historique qui n’avait jamais été explorée jusqu’alors.

Assassin’s Creed marque la première collaboration d’Ubisoft et 20th Century Fox.

#AssassinsCreed

Autre post du blog lié à ASSASSIN'S CREED

vendredi 19 août 2016

COMANCHERIA


Au cinéma le 7 septembre 2016

Deux extraits du film sont disponibles. Ils nous donnent des indications à la fois sur le ton de ce long-métrage, ainsi que sur la dynamique entre les deux frères et entre les deux rangers qui les poursuivent. 

Un film de David Mackenzie, avec Jeff Bridges, Chris Pine et Ben Foster


Résumé : Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

Bande annonce (VOSTFR)


Extrait #1 - Les frères s'attaquent à une grosse banque

VOSTFR


VF


Extrait #2 - Les rangers sont à leurs trousses

VOSTFR


VF







#Comancheria

© 2016 Wild Bunch

Autre post du blog lié à COMANCHERIA

mercredi 10 août 2016

CIGOGNES & COMPAGNIE


Au cinéma le 12 octobre 2016

Il a l'air très mignon ce CIGOGNES & COMPAGNIE. Ce film d'animation parle de l'importance de la famille. J'aime bien l'humour qui transparaît dans la bande annonce.

Réalisé par Nicholas Stoller & Doug Sweetland
Avec les voix françaises de Florent Peyre, Bérangère Krieff, Issa Doumbia


Le studio d’animation de La Grande Aventure Lego revisite le mythe de la cigogne livreuse de bébés avec humour et originalité. Idéal pour toute la famille !

Pendant longtemps, les cigognes livraient les bébés. Désormais, elles acheminent des colis pour un géant de l'Internet. Junior, coursier star de l'entreprise, s'apprête à être promu. Mais il actionne accidentellement la Machine à Fabriquer les Bébés… qui produit une adorable petite fille, en totale infraction avec la loi !

Avec l'aide de son ami Tulip, seul être humain sur le Mont Cigogne, Junior se précipite pour effectuer sa toute première livraison de bébé. Le temps presse car son patron ne tardera pas à apprendre la nouvelle… Junior pourra-t-il redonner aux cigognes la vraie mission qui est la leur ? 

Andy Samberg (TEMPÊTE DE BOULETTES GÉANTES, HÔTEL TRANSYLVANIE), Katie Crown (CLARENCE), Kelsey Grammer (TOY STORY 2, LES SIMPSON), Jennifer Aniston (LES MILLER UNE FAMMILE EN HERBE, COMMENT TUER SON BOSS), Ty Burrell (MODERN FAMILY), Keegan-Michael Key (ANGRY BIRDS LE FILM, KEANU, KEE &PEELE), Jordan Peele (KEANU, KEY& PEELE), et Danny Trejo (LA LÉGENDE DE MANOLO) prêtent leurs voix au film.

Le film est réalisé par Nicholas Stoller (NOS PIRES VOISINS, OPERATION MUPPETS, cité au BAFTA) et Doug Sweetland (superviseur animation sur CARS et réalisateur cité à l'Oscar® pour le court métrage PRESTO).

Également auteur du scénario, Stoller a produit le film aux côtés de Brad Lewis (RATATOUILLE). La production exécutive est assurée par Phil Lord, Christopher Miller, Glenn Ficarra, John Requa et Jared Stern. 

Le montage a été supervisé par John Venzon (GANG DE REQUINS). La musique est composée par Mychael Dana et Jeff Danna (LE VOYAGE D’ARLO). L’animation est assurée par Sony Pictures Imageworks.

Présenté par Warner Bros. Pictures, CIGOGNES ET COMPAGNIE sortira en 2D et en 3D dans les salles équipées le 12 octobre 2016.

Bande annonce (VOSTFR)




Un peu d'information sur les voix françaises

Les comédiens Florent Peyre, Bérengère Krief et Issa Doumbia prêteront leurs voix aux personnages du prochain film d’animation CICOGNES & COMPAGNIE des studios Warner Animation Group (WAG), créateur de LA GRANDE AVENTURE LEGO®, qui sortira en salles le 12 octobre 2016 en 2D et 3D.

  • Florent Peyre est Junior (Andy Samberg dans la version originale)


Employé vedette du service livraison de Cigognes Express, Junior est sûr de lui et ambitieux et croit dur comme fer à la devise de l'entreprise : "Toujours livré à bon port". Mais au moment où il s'apprête à obtenir une belle promotion, Tulip provoque une nouvelle catastrophe qui risque de tout compromettre. Junior doit donc réparer les dégâts – et au plus vite – avant que cela ne parvienne aux oreilles du patron. S'embarquant avec Tulip dans la livraison la plus importante de sa carrière, Junior devra surmonter des obstacles qui lui feront découvrir un monde qu'il ne soupçonnait pas ! Il commence alors à se demander si la vie se résume vraiment à gravir les échelons au sein de son entreprise…

  • Bérengère Krief est Tulip (Katie Crown dans la version originale)

Tulip, 18 ans, est le seul être humain vivant sur le Mont Cigogne. Si elle ne se sent pas toujours à sa place avec ses collègues à plumes, elle adore son boulot au service livraisons de Cigognes Express et tâche de faire de son mieux. Malheureusement, malgré son enthousiasme débordant et ses efforts, elle a une faculté déconcertante à tout saccager. C'est bien simple : avec elle, tout ce qu'elle entreprend tourne à la catastrophe ! Pourtant, lorsque Junior fait appel à ses services pour une livraison d'un genre particulier, Tulip révèle ses véritables talents…

  • Issa Doumbia est Pigeon Lerelou ( Stephen Kramer Glickman dans la version originale)

En tant que pigeon, Pigeon Lerelou est un peu le paria du Mont Cigogne. Même s'il semble détaché de tout, il n'aspire qu'à s'intégrer. Cherchant à tout prix à susciter l'admiration, il tente de se faire des amis… mais s'y prend très mal ! C'est aussi un délateur et rien ne lui fait davantage plaisir que de balancer un collègue… surtout si cela peut lui permettre de se faire bien voir par le patron. En résumé, il ne faut JAMAIS lui confier le moindre secret. Il a compris que Junior concoctait quelque chose et il remuera ciel et terre pour en savoir plus…

Bande annonce (VF)